Miss Handi France 2019 devient journaliste

 

 

IMG_20190918_154838.jpg

Monique Cugnot, sacrée Miss handi France 2019 est en situation de polyhandicap non visible. Elle souffre d’une pseudarthrose de l’odontoïde et d’une névralgie d’Arnold. Ces pathologies contraignent la jeune femme de 33 ans, à se déplacer avec une canne de marche. Elle s'emploie à conjuguer engagements associatifs, vie de famille, rééducation et études de journalisme.

 

Elle a obtenu très récemment son Master 1 en presse écrite et webjournalisme à l’école supérieure de journalisme de Paris (ESJ), elle ne pouvait pas mieux espérer que d’entamer une reconversion professionnelle à distance. « Le fait d’offrir la possibilité aux étudiant(e)s de se former à distance à un métier de terrain est un pari à relever. C’est aussi une volonté forte de la plus ancienne école de journalisme au monde de participer à l’inclusion de la personne handi », évoque-t-elle. Si on peut penser que l’EAD ne donne pas les mêmes chances d’accès au métier de journaliste, il est évident que Monique démontre le contraire. Alors qu’elle n’avait démarré son apprentissage que depuis un mois et demi, elle réalise son premier stage en radio. Elle poursuit en presse écrite, près de chez elle avant de rejoindre une des antennes de France Télévisions. Si ces rédactions ne lui offrent pas d’emploi, elle ne se décourage pas et pour preuve, elle officie en tant que chroniqueuse bénévole au sein d’une web TV que tous connaissent à Châlons-en-Champagne et alentours (51). Elle compte bien se faire connaître davantage pour y décrocher son premier job.Elle a d'ailleurs été l'invitée de l'émission TPMP Ouvert à tous sur C8 il y a quelques jours

.Même si l’EAD est adapté à sa situation, elle nous confie que le rythme scolaire est soutenu et qu’il faut avoir une motivation sans faille. Son credo : « s’exercer pour mieux progresser. »

Pin It

Dernières vidéos